Mercredi 15 février, TéléNantes diffuse le documentaire « Le dernier chantier »  d’Olivier Cousin et Xavier Pouvreau. Ce documentaire revient sur la mort du chantier Dubigeon à Nantes et sur les convulsions sociales apparues à l’époque, en 1985. Un épisode qui signera la fin de 250 années d’industrie navale.

Retour sur les faits

La fermeture des ateliers Dubigeon a eu lieu en 1987. Et avec elle, c’est la fin d’un temps qui verra aussi disparaître du paysage nantais, une part du tissu industriel, notamment l’entreprise LU. Les bleus de travail dans la rue et les sirènes ponctuant les journées… Lance-pierres contre gaz lacrymogènes, hélicoptères en observation, le chantier naval Dubigeon à Nantes devient en 1985 le théâtre d’un conflit violent. La gauche, alors aux commandes, joue les arbitres entre les salariés et le groupe Alsthom.

Mais le pouvoir politique peut-il encore agir à l’heure où la mondialisation et la désindustrialisation s’amorcent ?

Le chantier Dubigeon, ou du moins son souvenir, reste pour ceux qui l’ont connu une fierté autant qu’une douleur. Mais il a surtout apporté avec lui les premiers effets d’une mondialisation dont personne ne connaissait encore le nom. Tous les acteurs, ouvriers, patrons, responsables politiques, témoignent aujourd’hui de ce combat local, annonciateur d’un désordre plus global. Les deux réalisateurs se livrent dans ce film à une étonnante autopsie sociale d’une ville et de ses acteurs, 27 ans après le naufrage de la navale à Nantes. Aujourd’hui, et après plusieurs années de travaux, le site est totalement transformé. Il abrite désormais les célèbres Machines de l’Ile de Nantes.

 

Prun’ pu interviewer les deux réalisateurs, Olivier Cousin et Xavier Pouvreau. Ils répondent tous les deux aux questions de Charlène Dambreville, dans la matinale de Prun’.

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.