Réformes des retraites : les conséquences économiques de la mobilisation


Blocages et manifestations rythmaient ces trois dernières semaines de mobilisation contre la réforme des retraites.

Dans le département, la raffinerie de Donges et le dépôt SFDM adjacent était l’une des actions phares des syndicats. Le carburant reste le nerf de la guerre pour certaines entreprises. D’après Christian Le Cornec, le directeur général de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Nantes Saint-Nazaire, les secteurs les plus touchés par la pénurie de carburant sont les commerces de centre ville, le tourisme, les services aux particuliers, les transports l’industrie et le BTP. “Pour certains marchés, on pourra reprendre le carnet de commande, mais d’autres c’est la perte définitive. Certaines entreprises ont eu leurs chiffres d’affaires d’octobre en baisse de 40 à 50%”. D’après une étude de la CCI, Christian Le Cornec ajoute “on estime 10% des entreprises en très grande difficulté, 15% ont eu des marchés annulés”.

L’économie du département se relevait doucement suite à la crise de 2008. Mais “une reprise molle” d’après Yann Rolland le président du MEDEF 44, et ajoute que “cette rentrée sociale a aggravé la santé économique des entreprises”.

Le numéro vert spécial mis en place par l’Etat au début de la crise de 2008 est toujours actif. Offrant la possibilité d’étaler les paiements des frais d’URSSAF ou de TVA. À ce jour, 800 entreprises en difficultés ont sollicité ce service. Malgré tout le nombre d’appel n’a pas augmenté suite aux dernières semaines de blocage. 

Pour le moment, impossible de chiffrer l’impact des mobilisations sociales sur les entreprises. Mais les trésoreries seront certainement moroses à la fin de l’année 2010.

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.