Alain Besson, journaliste et écrivain nantais, a publié en 2004 une biographie du député-maire de Nantes « Jean-Marc Ayrault, une ambition nantaise ». A l’occasion de sa nomination à Matignon le 15 mai dernier, Prun’ a voulu en savoir plus sur le parcours du nouveau chef du gouvernement français.

Une enfance sans histoire
Né à Maulévrier dans le Maine-et-Loire en 1950 d’un père ouvrier et d’une mère couturière, le jeune Jean-Marc fait ses études au lycée public de Cholet. Il pratique le piano et parle déjà l’allemand couramment avec ses professeurs. En 1968, c’est l’année du bac, Jean-Marc Ayrault participe aux évènements dans son lycée tout en travaillant ses cours. Ses études supérieures se déroulent à la faculté de lettres de Nantes, il y rencontre sa femme Brigitte, ils obtiennent tous les deux leur Capes d’Allemand et deviennent professeurs dans l’enseignement secondaire.

L’entrée en politique
Dans sa jeunesse, Jean-Marc Ayrault fait partie du Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne (MRJC) où il y exerce des responsabilités. En 1972, le jeune choletais entre au Parti Socialiste, son mentor devient le laïc Jean Poperen, il milite alors pour « un marxisme intransigeant ». Elu à la mairie de Saint-Herblain en 1976, il devient également, à 26 ans, le plus jeune conseiller général. Il rencontre même à l’époque François Mitterrand qui lui demande comment il a réussi à se faire élire. Député de la troisième circonscription à partir de 1988, six fois réélu à la mairie de Nantes depuis 1989, il devient président du groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche à l’Assemblée Nationale en 1997.


François Hollande et Jean-Marc Ayrault, voisins dans l’hémicycle

Au même moment, Jacques Chirac dissout l’Assemblée Nationale, une erreur qui donnera à Lionel Jospin le poste de premier ministre jusqu’en 2002. Pour reprendre sa place à la tête du PS, François Hollande est désigné secrétaire national du Parti Socialiste. Jean-Marc Ayrault participe régulièrement aux petits-déjeuners du mardi matin à Matignon en compagnie du premier ministre et du secrétaire du PS. Il est également le voisin de François Hollande dans l’hémicycle. C’est sans doute à cette époque que se noue une relation d’amitié entre les deux hommes. Fort de son expérience à la tête de Nantes, cet homme réservé mais rassembleur, a su s’imposer au fil des ans comme l’une des figures du PS, jusqu’à accéder à Matignon.

Au micro d’Alice Bordage, Alain Besson, journaliste et écrivain nantais.

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.