Membre du Front National depuis 2007, intéressé par la naissance politique de Marine Le Pen, Christian Bouchet s’est engagé dans l’activisme politique suite à Mai 68, une « pseudo révolution » qui l’a révulsé dès ses 13 ans – selon ses propres mots. Après des études supérieures, cet enseignant en marketing et en techniques de négociation s’est passionné pour le nationalisme révolutionnaire – un mouvement intellectuel et politique ayant pour projet un nationalisme européen – un passé qu’il n’a d’ailleurs pas souhaité aborder.

Mariniste avant tout

Christian Bouchet a décidé d’entrer au Front National avant tout parce qu’il considérait Marine Le Pen comme la seule à même de prendre la tête du parti d’extrême-droite. L’ayant soutenu au moment de l’élection d’un nouveau chef de parti, il n’a depuis jamais tari d’éloge sur la benjamine de la famille Le Pen. Elle permet au Front National de montrer une nouvelle image de son parti : un visage féminin et des idées nouvelles.

Un nouveau Front

Depuis quelques années, Christian Bouchet a observé l’arrivée d’électeurs d’un nouveau genre : des femmes, des ouvriers, des jeunes. Selon notre invité, ces gens cherchent au Front National une solution à leur insécurité et se sentent sans doute plus proches de la candidate Marine Le Pen, parce que c’est une femme, parce qu’elle est jeune et combative. Le parti attire également d’anciens membres du Mouvement Républicain et Citoyen et du Mouvement Pour la France, sans doute déçus par Jean-Pierre Chevènement et Philippe de Villiers.

Des propositions locales

Membre du bureau départemental du Front National, en charge des affaires électorales, Christian Bouchet voudrait qu’on ne traite plus les automobilistes pour des vaches à lait, notamment parce que l’Etat continue de taxer le carburant et que les municipalités comme Nantes mettent en place des radars urbains. Il est par ailleurs favorable au développement des transports en commun dans les campagnes, un service qui avait disparu dans les années 1960. Enfin, le projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes ne séduit pas le Front National qui considère qu’il est fait au bénéfice d’un grand groupe industriel – AGO Vinci – et qu’il ne tient pas compte de l’avis des citoyens. Pour autant, Christian Bouchet ne rejoindra pas le Cédpa (le collectif d’élus qui doutent de la pertinence de l’aéroport) regroupant des élus de divers partis. Il préfère proposer un référendum local afin de donner la parole aux citoyens.

Au micro d’Alice Bordage, Christian Bouchet, membre du Front National.

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.