La procédure des 500 signatures à l’épreuve des élections


Les élections présidentielles imposent aux candidats l’obtention de 500 signatures de différents élus pour se présenter. Aujourd’hui, cette procédure connaît de vives critiques.

La candidate du Front National Marine Le Pen peine à obtenir ses 500 signatures. Elle souhaite ainsi modifier ce système. François Bayrou, le candidat du Modem, a proposé récemment une concertation entre grands partis pour permettre à Marine Le Pen de se présenter quand même. La procédure de parrainage semble donc avoir des limites et être discutable.

Depuis, le Conseil Constitutionnel a répondu à la question prioritaire de constitutionnalité posée par Marine Le Pen, soit la dernière chance pour la candidate du Front National d’obtenir un retour à l’anonymat des maires qui souhaitent donner leur parrainage. Mais le Conseil Constitutionnel en a décidé autrement. Les 500 signatures seront rendus publiques et la législation reste inchangée. Selon la loi les parrainages « sont rendus publics par le Conseil Constitutionnel huit jours au moins avant le premier tour de scrutin, dans la limite du nombre requis pour la validité de la candidature« .

Guy Carcassonne, professeur de droit public à l’Université de Nanterre et Gauthier Bouchet, membre de la direction nationale du Front national de la jeunesse attaché au pôle communication, apportent des précisions et reviennent sur cette procédure de parrainage au micro de Julien Hardouineau.

Retour aux podcasts Télécharger 0
nop
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.