On l’a vu durant aux précédents épisodes de Radio Jardin, pas facile de cultiver un jardin potager sur une zone submergée par un mettre d’eau.

Retour à la Gloriette pour voir à quoi ressemble désormais le jardin une fois le Cher retourné dans son lit. Dans cette émission on vous parle souvent de la plaine de la Gloriette, entre les villes deTours et de Joué-Lès-Tours en Indre et Loire. C’est une très intéressante expérience d’espace de semi-friche urbaine. Une expérience comme bien des villes françaises peuvent en mener. Expérience botanique et sociale, précaire mais qui existe car elle a justement lieu dans une zone inondable

On revient donc à nouveau sur la philosophie du lieu avec Elisabeth Brosset (responsable de la Gloriette) et, puis, surtout on vient prendre des nouvelles de l’endroit qui a été, pendant au moins dix jours, recouvert par 1 mètre d’eau.

Pas de bol pour le potager et pas de bol pour le festival Aucard de Tours organisé par Radio Béton. Cette 31ème édition de juin 2016 a été avortée par la montée des eaux du Cher dans cette plaine où les autorités de la ville de Tours ont proposé à Béton de planter les chapiteaux de son festival. Festival, qui on le rappelle, est né sur l‘île Aucard, une île de la Loire qui elle n’a pas été inquiété par l’inondation.

Quoiqu’il en soit, en cette fin juin 2016, l’eau du Cher a enfin reflué.

Interview d’Elisabeth Brosset qui revient sur sur les inondations et la vie qui continue à la Gloriette.

On l’a vu durant aux précédents épisodes de Radio Jardin, pas facile de cultiver un jardin potager sur une zone submergée par un mettre d’eau. Retour à la Gloriette pour voir à quoi ressemble désormais le jardin une fois le Cher retourné dans son lit.

Dans cette émission on vous parlesouvent de la plaine de la Gloriette, entre les villes de Tours et de Joué-Lès-Tours en Inde et Loire, car c’est une très intéressante expérience d’espace de semi-friche urbaine. Une expérience comme bien des villes françaises peuvent en mener. Expérience botanique et sociale, précaire mais qui existe car elle a justement lieu dans une zone inondable.

On revient donc à nouveau sur la philosophie du lieu avec Elisabeth Brosset (responsable de la Gloriette) et, puis, surtout on vient prendre des nouvelles de l’endroit qui a été, pendant au moins dix jours, recouvert par au moins 1mètre d’eau. Pas de bol pour le potager et pas de bol pour le festival Au quart de Tours organisé par Radio Béton puisque cette 31ème édition de juin 2016 a été avortée par la montée des eaux du Cher dans cette plaine où les autorités de la ville de Tours ont proposé à Béton de planter les chapiteaux de son festival. FEstival qui on le rappelle est né sur l’île aux quarts, une île de la Loire qui elle n’a pas été inquiété par l’inondation. Quoiqu’il en soit, enc ette fin juin 2016, l’eau du CHer a enfin reflué.

Interview d’Elisabeth Brosset
Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.