Encore des efforts à faire pour faciliter l’accès au vote des handicapés


Si l’abstention continue d’augmenter d’élections en élections, il en est pour qui s’abstenir n’est pas un choix. Pour les personnes handicapés, voter relève souvent du défi.
Le code électoral fixe bien un cadre législatif, et un guide existe sur le site du Ministère de l’Intérieur édité par l’Association des paralysés de France. Ce guide préconise un certain nombre de recommandations concernant les aménagements prévus des bureaux de vote, des isoloirs et des urnes.
Mais si des améliorations se font sentir, en pratique, bien des difficultés subsistent.

En France, 10% de la population est porteur d’une défaillance. Au total, 1 million d’électeurs sur 44,5 et ce, sans compter les personnes âgées. Comment faire pour bousculer les normes sociales? Ici ou là, des initiatives tentent de renverser la vapeur.

Lilavie est une association basée à Laval, qui diffuse deux fois par semaine, par mail, des journaux simplifiés pour tous ceux et celles qui ont des difficultés avec la lecture.

Le réseau T’Cap, regroupe une centaine de structures facilitant un meilleur accès aux loisirs de proximité, à la culture, au sport… T’cap est également organisateur du festival du même nom sous les nefs de Nantes ce samedi 9 juin.

Olivier Raballand, coordinateur du réseau T’Cap et Anne Jeanneau, directrice de Lilavie, invités sur les ondes de Radio Prun’ au micro de Mathilde Chevré s’expriment en faveur d’une meilleur accessibilité.

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.