Don d’organes : ‘Il faut en parler à ses proches de son vivant »


A l’occasion de la onzième journée nationale du don d’organe et de tissu, les patients au CHU de Nantes recevront un livret d’information sur le don.

Le don d’organe s’effectue suite à une mort encéphalique. En France, il y a chaque année environ 500 000 décès, dont 3050 morts encéphaliques. Et il sera réalisé un prélèvement d’organes uniquement pour la moitié d’entre elles. En sachant qu’il existe 30% de refus.

Martine Lebreton, infirmière de coordination pour les prélèvements d’organes et de tissu au CHU de Nantes estime qu’ « il faut en parler à ses proches de son vivant ».

Le don d’organe est encore trop faible, face aux nombres de greffes en attentes actuellement. Avoir une carte de donneur sur soit carte de donneurs n’est pas un témoignage juridique, la coordination est obligée d’avoir le témoignage des proches.

Ce plateau de 30% de refus stagne depuis plus de 15 ans, alors le cheval de bataille de la coordination est de convaincre les familles. Au CHU de Nantes en 2010 : 33 prélèvements ont été réalisés. 4500 personnes ont été greffées au plan national, alors que 15 500 personnes sont sur liste d’attente.

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.