Vous avez jusqu’au 2 juin pour vous rendre à POL’N, rue des olivettes à Nantes, pour découvrir les oeuvres collectées par le collectif Dessins sans papiers.

Vous y trouverez les dessins de mineurs isolés étrangers dont la majorité est contestée de Nantes, ayant participé aux ateliers du collectif, que ce soit hors les murs ou non.

Dessiner leur histoire, leurs rêves, leurs émotions sont un moyen pour les migrants de communiquer et de rendre visible leurs vies et leur présence sur le territoire, un moyen aussi, comme l’expriment les jeunes présents en interview, Ibrahim-Guya et Samuel, de relâcher un peu le poids qui pèse sur leur esprit. On sent l’émotion et le désir de se faire entendre et comprendre, au micro de la radio.

Pour financer Dessins sans papiers et le collectif Mineurs Isolés Etrangers, des cartes postales seront également en vente.

Vous pouvez retrouver plus d’information sur l’article de Cerise Robin ici.

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.