Affaire Bangoura, la mésaventure du FC Nantes


L’euphorie de la remontée en L1 aura été de courte durée pour les Canaris !

Dans un communiqué publié en tout début de ce lundi après-midi 3 juin, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) de Lausanne indique avoir rejeté l’appel formulé par le FC Nantes dans l’affaire Bangoura.

Autrement dit, le TAS confirme la sanction prononcée en première instance par la chambre de résolution des litiges de la FIFA (saisie par le club des Emirats Arabes Unis, Al Nasr) en février, à savoir le paiement d’une indemnité de 4,5 M € que le FCN doit honorer (solidairement avec l’attaquant) auprès du club d’Al Nasr, assorti d’une interdiction de recruter cet été et l’hiver prochain.

Le FC Nantes est donc reconnu coupable d’avoir enrôlé de manière irrégulière l’international guinéen lors du mercato d’hiver 2012.

Le TAS déclare que les motifs ayant conduit à cette décision seront communiqués « ultérieuement ».

De son côté, la Maison Jaune (qui a prolongé Serge Gakpé pour 2 ans comme il en a le droit) entend saisir le tribunal fédéral suisse, ultime recours pour faire annuler ou suspendre cette sanction. En tout cas, la mésaventure rencontrée par le FC Nantes n’est pas sans rappeler celle vécue par le FC Sion, en 2011.

Le club hélvète avait aussi recruté illégalement un Egyptien avant de se faire reprendre de volée par la FIFA.

C’est ce que résume le journaliste Daniel Visentini, qui avait suivi les faits pour La Tribune de Genève et que Céline Tiolet a interrogé pour Sun.

A noter que ni le président du FCN Waldemar Kita, ni le directeur général du club Franck Kita, ni l’avocat des Canaris maître Klatovsky n’ont ce lundi répondu à nos demandes de précision.

Lire l’intégralité du communiqué

Retour aux podcasts Télécharger 0
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.